Paris-Manchester 1918
Conservatoires en temps de guerre

À Propos

« Paris-Manchester 1918: Conservatoires en temps de guerre» est une exposition collaborative en ligne créée par le Royal Northern College of Music et le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (Conservatoire de Paris). Grâce à des recherches menées dans les deux villes, nous sommes en mesure d’en apprendre davantage sur les musiciens derrière les programmes de concerts, créant un hommage durable en l’honneur de ceux qui on combattu et ont maintenu la musique en vie pendant les extraordinaires années de la Première Guerre mondiale.

RNCM

L’exposition présente plusieurs documents extraits des archives du Royal Northern College of Music, de la Hallé Concerts Society et de la Henry Watson Music Library.

En examinant ces trois collections, nous avons découvert que l’impact de la Première Guerre mondiale sur la musique et les musiciens de Manchester fut profond. Pendant la guerre, de nombreuses femmes intégrèrent l’orchestre du Hallé pour remplacer les musiciens partis au combat, puis se virent congédier au retour des hommes. Les étudiants et les employés du Royal Manchester College of Music servirent pendant la guerre. Les étudiants et professeurs européens du College furent internés en Europe pendant le conflit, ou rentrèrent dans leur pays d’origine pour remplir leur devoir militaire. Les musiciens pacifistes de Manchester furent emprisonnés. Le répertoire musical des alliés était interprété à Manchester en signe de camaraderie, et la plupart des œuvres allemandes étaient perçues comme antipatriotiques, même si l’on continuait de jouer du Wagner, compositeur très prisé du public. Les musiciens avaient du mal à se déplacer en Europe pour leurs tournées.

L’impact de la Première Guerre mondiale sur la musique perdura bien après la fin du conflit. Des dizaines d’hommes ainsi qu’une femme qui avaient servi pendant la guerre reçurent une bourse du gouvernement pour étudier au Royal Manchester College of Music, ce qui affecta considérablement la démographie du corps étudiant (jusqu’alors une majorité de jeunes femmes), et même le type d’instruments pratiqués.

Les histoires que nous souhaitons mettre en lumière ici sont celles contenues dans ces trois archives. Ce sont les histoires des gens, de Manchester, de la musique et du changement pendant la Première Guerre mondiale.

Ce projet d’archives a bénéficié du généreux soutien du Heritage Lottery Fund.

Conservatoire de Paris

L’exposition présente la vie des musiciens du Conservatoire de Paris pendant la Grande Guerre, telle qu’on la découvre à la lecture des dix numéros de la Gazette des classes de composition du Conservatoire, un document exceptionnel que l’on pourrait qualifier aujourd’hui de réseau social avant l’heure.

En 1915, après quelques mois de guerre, les sœurs Nadia (1887-1979) et Lili Boulanger (1893-1918), musiciennes, pédagogues et compositrices, décident de proposer aux élèves et anciens élèves du Conservatoire, mobilisés ou non, de leur envoyer régulièrement des nouvelles par courrier, et de transmettre en retour des recueils imprimés de leurs lettres aux différents correspondants là où ils se trouvent, sur le front ou à l’arrière.

L’exposition nous invite à suivre le parcours de quelques personnalités aux destins singuliers comme Maurice Ravel, engagé volontaire, ou Fernand Halphen, mort au front. Sont ainsi évoquées la dureté du quotidien des musiciens au front, mais aussi la manière dont une vie musicale s’organise et perdure malgré tout, permettant à ces jeunes artistes mobilisés de supporter l’insupportable sans céder à un nationalisme aveugle, et de réfléchir à leur rôle après le retour à la paix.

« Cette gazette est un admirable trait d’union, se réjouit l’un d’eux[1] en septembre 1916. (…) Grâce à elle, nous voici réunis. La musique un instant assoupie au fond des mémoires se reprend à chanter et la vie musicale évoquée en quelques pages, avec les souvenirs exquis qui lui sont inhérents, accomplit un miracle en faisant naître parmi tant de désolation le désir violent des lendemains. »

[1] Francis Bousquet, lettre du 28 septembre 1916, Gazette des classes de composition du Conservatoire, n°4, 27 novembre 1916, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43639008g

Chercheurs associés (Manchester)

Barbara Kelly Directrice de la recherche
Geoff Thomason Bibliothécaire adjoint
Heather Roberts Archiviste
Eleanor Roberts Archiviste, Hallé Concerts Society
Ros Edwards Bibliothécaire à la Henry Watson Music Library du Conseil municipal de Manchester
Stephen Etheridge musicologue et bénévole
Ali Ronan historienne et bénévole
Katherine Seddon bénévole

Chercheurs associés (Paris)

Clément Carpentier chercheur en charge du projet de la Gazette des classes du Conservatoire
David Mastin boursier postdoctoral
Mathias Auclair directeur du Département de la Musique, Bibliothèque nationale de France
Charlotte Segond-Genovesi Docteure en musicologie, auteure de Les Chemins du Patriotisme: Musique et musiciens à Paris pendant la Grande Guerre
Agnès Terrier dramaturge 

Remerciements

le Musée de l’Armée 
le Théâtre du Vieux-Colombier 
le Hall de la Chanson 
AHRC-funded Everyday Lives in War, First World War Engagement Centre 
Heritage Lottery Fund 
University of Bristol Library, Special Collections (DM2103)
Bibliothèque nationale de France
Archives de Paris
Centre international Nadia et Lili Boulanger

X

COVID-19 Update: Our venues have reopened to the public and we’re looking forward to welcoming you back this Autumn. Before attending an event at the RNCM, please read our Audience Protocol…